casino en ligne

2

Edito

Après la mise en place de l'assurance qualité en 2007, 2008 a vu se renforcer l'axe recherche et développement de CONIDIA se renforcer. Notre volonté de continuer dans cette direction en 2009 est réelle. Cette recherche a non seulement pour but de vous rendre des résultats encore plus fiables et plus rapidement, mais elle s'inscrit dans votre propre programme de recherche. En effet, nous mettons à votre disposition notre expérience pour que l'investissement que votre entreprise réalise aujourd'hui lui permette de sortir renforcée de la période actuelle. Toute l'équipe de CONIDIA est donc à votre écoute et vous souhaite une excellente année 2009.

S. Vacher

Les mycotoxines

Qu'est-ce qu'une mycotoxine?

Les mycotoxines sont des métabolites secondaires toxiques produits par les champignons filamenteux (moisissures). Tous ces organismes produisent des métabolites secondaires en condition de stress (manque de nutriments par exemple). Tous les métabolites secondaires ne sont pas toxiques, bien heureusement. Il a été dénombré une trentaine de mycotoxines différentes dans les matières premières brutes ou transformées. Ces molécules sont issues de trois voies de biosynthèse principalement :

Les mycotoxines sont de petites molécules de faible poids moléculaire, pour la plupart hétérocycles, avec une grande variabilité dans leur forme. Quelques exemples :

Certaines mycotoxines ont la particularité de résister à la chaleur.

Les principales espèces productrices de mycotoxines

Si toutes les moisissures peuvent élaborer des métabolites secondaires, toutes ne synthétisent pas de mycotoxines. Nous pouvons citer par exemple les Cladosporium, contaminant des céréales, des viandes et des fromages, ainsi que les Mucor, contaminants des fromages conservés au froid, qui ne sont aujourd'hui pas réputés "toxiques".

On peut estimer à 200 le nombre des espèces fongiques toxinogènes connues. En fait, une dizaine d'espèces seulement appartenant pour la plupart aux genres Aspergillus, Penicillium et Fusarium ont une importance sanitaire car se sont des contaminants très fréquents élaborant les mycotoxines les plus dangereuses. Par exemple, Aspergillus flavus, producteur d'aflatoxine, peut coloniser et contaminer les matières premières végétales; Penicillium expansum, producteur de patuline est le principal agent de la pourriture des fruits (poires et pommes notamment); Fusarium graminearum, producteur de zéaraléone se développe sur un grand nombre de graminées et notamment le maïs (ensilage).

La toxicité des mycotoxines

Les mycotoxines sont des molécules à hétérocycles insaturés, la présence de doubles liaisons C=C est en rapport avec la toxicité et les propriétés cancérigènes de certaines d'entre elles. C'est le cas des aflatoxines : l'aflatoxine B1, composé peu toxique peut, lors de l'addition d'une molécule d'oxygène (O2) en époxide, devenir très toxique. Cette molécule ingérée à doses subaigües peut être cancérigène par voie orale chez les animaux (dont l'homme). La patuline par injections sous cutanées produit des tumeurs locales chez le rat.

Conidiophare sur l'Aspergillus niger

Aspergillus niger se présente sous la forme de colonnies noires velouteuses. Les conidies sont rugueuses et la tête aspergillaire présente une vésicule large. Aspergillus niger est une espèce xérophile. Elle peut croître avec une Aw assez faible (0,77), se développer à partir de 8°C mais son optimum de croissance est en général autour de 35-37°C.

Aspergillus niger est une espèce très commune de l'environnement que l'on retrouve dans de nombreuses denrées de consommation courante (fruits, légumes, céréales, viandes). De nombreux prélèvements d'air mettent en évidence la présence d'Aspergillus niger.

Certaines infections bénignes peuvent être liées à sa présence : otite, péritonite, endocardite, mycose de l'ongle...

Aspergillus niger peut dans certaines conditions de stress produire des mycotoxines comme la malformine, l'ochratoxine A...

Cette espèce est utilisée comme souche de référence dans de nombreuses normes.

Mon métier chez CONIDIA

Cindy, technicienne :

"Mon travail chez CONIDIA est la réalisation des essais, des manipulations. Chaque étude est différentes, il n'y a pas de routine, il faut s'adapter à la problématique du client, c'est ce qui me plait. CONIDIA est une société à taille humaine où l'échange est important, je peux participer à l'élaboration des protocoles et mon point de vue sera pris en considération. Je me sens utile car j'apporte ma pierre à l'édifice."